Le Sun Casino de Monaco a été le théâtre d’une scène qui vous rendra bouche bée. Un Indien âgé d’une cinquantaine d’années et sa jeune assistante russe ont écoulé 350 faux billets de 100€ à la roulette et sont repartis avec une petite cagnotte.

Peines de prison ferme et mandat d’arrêt

Deux ans de prison ferme pour l’Indien et douze mois pour l’assistante russe, avec des mandats d’arrêt, telle a été le jackpot que le couple de malfrats a gagné après ses actes. Ces peines ont été assorties à des sommes de 35.000€ et 10.000€ que les malfaiteurs devront verser à la SBM.

Les 350 faux billets de 100€ ont été misés à la roulette, ce qui a permis aux escrocs de remporter une petite somme de 35.000€. C’est dire que la chance a été du côté du couple ce jour-là, mais pas pour longtemps. 

Une mise en scène très vite décelée 

L’histoire s’est passée le 2 juin 2016. Pour ne pas attirer le soupçon du croupier, aucune stratégie pour gagner, et surtout pas de faux jetons. Le manège a été monté en mélangeant les faux billets à 156 vrais exemplaires que le couple a échangés contre de vrais jetons. Bien sûr, le quinquagénaire et son assistante se sont comporté comme les autres joueurs, en misant sur le rouge et le noir. À la fin, ils sont repartis avec leurs gains, des vrais billets.

Mais l’escroquerie a été très vite identifiée. Le lendemain, après avoir contrôlé les recettes de la veille, un commissaire de la SBM porte plainte. L’affaire est confiée à la Sûreté publique qui a porté ses soupçons sur le couple, pourtant qualifié comme de bons clients. 

Fini la chance

Dans le casino, l’Indien était connu comme un aristocrate vivant à Dubaï. Après son coup, il quitte le territoire et ne revient que le 30 décembre. Interpellé, il clame son innocence et accuse son assistante de lui avoir remis des faux billets. Mais les inspecteurs ont découvert une histoire identique concernant le faussaire. Elle s’est déroulée le 21 juin 2015 en Autriche au casino de Salzbourg. Cette fois-ci, il était question de 451 faux billets de 100€. 

Se constituant partie civile, la SBM a demandé 35.000€ de remboursements avec 5.000€ de dommages et intérêts. Le verdict est tombé le 17 avril en condamnant l’homme et son assistante à une peine d’emprisonnement ferme avec mandats d’arrêt à leur encontre. Et au premier substitut de déclarer que le couple n’est qu’un maillon d’une mafia très organisée qui veut faire d’énormes profits.