Depuis la loi 5767-2017 promulguée l’an dernier, le gouvernement israélien resserre l’étau et passe au peigne fin tous les sites de jeux en ligne internationaux. Dans cette campagne contre les jeux virtuels, le tribunal a ordonné au FAI (Frontier Alliance International) du pays de bloquer 3 sites de jeu, sans autorisation. Une fermeture qui fait suite à une injonction demandée par le parquet et l’unité de lutte contre le crime économique.

Trois sites de jeux fermés pour des raisons « floues »

Désormais, les joueurs en territoire israélien ne pourront plus accéder aux sites 1xbet.com, p2vbet.com et totobet777.com. En effet, suite à une injonction lancée par le tribunal de district de Tel-Aviv, l’accès à ces sites de jeu a été bloqué dans le pays. C’est le juge Zion Kapah qui a ordonné le blocage de ces sites suite à la demande du parquet et de l’unité de lutte contre le crime économique. Pourtant, les raisons de cette fermeture restent nébuleuses, car pour le cas de p2vbet. Com par exemple, le site dispose légalement d’une accréditation délivrée par le gouvernement de Curaçao. Selon Haim Wismonsky, directeur de l’unité des crimes économiques, ces trois sites ne sont que les premiers d’une liste. D’autres sites sont déjà dans la ligne de mire de cette unité israélienne.

La tension monte d’un cran avec la loi 5767-2017

Pour rappel, c’est en 2017 que la nouvelle loi 5767-2017 a été adoptée en Israël. Le but de cette nouvelle législation est de protéger le pays des infractions réalisées via Internet. Dans la mise en application de cette nouvelle loi, l’autorité israélienne ne compte plus fléchir face aux sites qui ne sont pas les bienvenus sur le marché des jeux du pays. Cette législation permet aux autorités du pays d’exiger des fournisseurs d’accès à internet présents sur le pays de bloquer les sites qui n’ont pas eu une autorisation ou ceux qui sont liés à des crimes graves. C’est le cas des sites liés au terrorisme ou à ceux à contenus pornographiques. Selon le site d’information Calcalist, les plateformes de jeux en ligne spécialisés dans les jeux de hasard sont les principales cibles de cette unité.

Rappelons qu’auparavant, l’État israélien a déjà lancé d’autres offensives pour freiner l’essor des sites internationaux de jeux en ligne. Pour le moment, Israël n’a pas de casinos légaux et ne prévoit pas d’ouvrir le marché des jeux d’argent dans le territoire.